La fin du monde

Des fois je deviens tellement sombre que l’on ne me voit presque plus. Un voile un peu plus foncé encore, et je disparaîtrais totalement.

Des fois je deviens éclatante de couleurs, j’éclabousse les murs de mes reflets bariolés. Mes yeux brillent comme des astres et je ris, pour tout et pour rien, je ris

Je suis une créature des ombres, mon âme est une voyageuse solitaire un peu perdue, à la recherche de son foyer depuis toujours. A la tombée de la nuit, j’allume mon poste et la même voix grave revient encore et encore, elle est aussi grave que les ténèbres sont profonds. La guitare et la basse semblent chanter la nostalgie qui m’habite. Assise sur le rebord de ma fenêtre, un verre de whisky à peine entamé à la main, je chante à la lune, je prie les étoiles. Je me couche dans des draps froids, le coeur battant si fort qu’il résonne jusque dans ma gorge. Je voudrais m’enfoncer dans le matelas pour disparaître un moment…

Quand j’apparais à nouveau, c’est le petit matin. Les premiers rayons du soleil dissipent peu à peu le brouillard. Je suis un être de lumière, qui capte l’amour au fond de l’âme de chaque inconnu rencontré. Je regarde le ciel, un sourire en coin, et je ressens une étrange chaleur, la réconfortante certitude que tout ira bien.

C’est alors que je te vois, mon regard se noie dans tes yeux. Apocalypse. Je veux me perdre dans chaque recoin de toi juste pour que tu viennes m’y retrouver. Tu es là, tes bras puissants m’agrippent et m’enrobent d’un doux cocon de chaleur. Mon coeur tambourine et mes genoux tremblent un peu. Comment ces yeux-là pourraient-ils mentir?

Une seconde, je ferme les yeux. Tu t’échappes. Ton corps est devenu un fantôme auquel je ne peux plus m’accrocher. J’entends l’orage qui gronde au loin, à moins que ce ne soit le son de ta voix, ta voix sourde qui chante cette chanson qui me hantera pour toujours, celle qu’on aimait tant. La Terre bouge sous mes pieds, à moins que ce ne soit mes jambes qui me lâchent… Tu souris.

Mais pourquoi tu souris alors que c’est la fin du monde?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *